Les Allotropies

S’enrichir de réalités différentes autour d’un sujet commun.

Entreprises, associations, chercheurs, artistes et habitants sont assis dans un même cercle pour partager leurs expériences sur un enjeu de société. Sans public et à parole égale, chaque personne peut exprimer son regard. Ce format de rencontre convivial et en jauge limitée ouvre de nouvelles voies, à partir d’un partage de la richesse de nos vécus et de nos aspirations.

Allotropie #2 : Faut-il sortir du projet ?

Le projet.
Désignant l’innovation ou le premier essai, il tend de plus en plus à se réduire à la planification d’une action.
Cette notion cartésienne, acculturée au monde de l’entreprise, prend pourtant de plus en plus le versant sur nos vies personnelles. Le projet de vie est-il vraiment possible ?

Quelle place devrions-nous laisser à ce qui n’est pas prédéfini ? Serions-nous plus résilients en laissant plus de place à notre instinct, voire à une part de chaos ? Le hasard et l’échec ont-ils vraiment leur place dans un projet ? Comment réagir à la tendance de surcontractualisation du projet ? Une fois signé, l’est-il encore ? L’appel à projet est-il un moteur ou un frein ? Pourrait-on remplacer l’écriture d’un projet par autre chose ?

Partageons des expériences de projet et de non-projet ayant eu des impacts décisifs, voire inattendus.

-> Mardi 17 mai à 18h30

Le mécène associé de cette deuxième édition est SEDELKA, représenté par Malek Rezgui (président) et Alexandre Campillo (directeur Grand-Lyon).

-> Animé par

Annaïg Abjean, directrice de la Mission Régionale d'Information sur l'Exclusion

18
on fait quoi aujourd'hui ?